War On Screen - Festival International des cinémas de guerre

Présentation

 « L’essence même du cinéma c’est le conflit.
Y a pas de cinéma sans conflit. Tu t’emmerdes si y a pas de conflit. »

Benoît Poelvoorde dans
Cowboy de Benoît Mariage (2007)


EDITO 


Créer ce Festival s’est imposé comme une évidence collective. Pourquoi un nouveau venu lorsqu’il en existe tant d’autres en France et partout ailleurs sur la planète cinéma ?
La source générant le festival est la région même qu’il irrigue. Châlons, son Pays et plus largement la Marne et la Champagne-Ardenne ont été le théâtre, depuis plus de 2.000 ans, de ce que guerre veut dire. Aujourd’hui, fort de cette histoire, il est naturel pour notre territoire de témoigner de la force et de la vivacité avec lesquelles cinéastes, reporters ou créateurs de jeux vidéo, donnent à voir les conflits.
Par ailleurs et aussi étrange que cela puisse paraître, nulle part ailleurs il existe de temps dédié exclusivement aux représentations à l’écran des guerres et conflits. Loin des idées reçues, le Festival entend ne pas se cantonner à un seul genre qui serait le film de guerre, largement fondé sur la reconstitution de batailles et de faits militaires. Diversité des approches artistiques et filmées de la guerre mais diversité des conflits abordés. De la tradition américaine sans cesse renouvelée aux cinématographies émergeantes, on entend rendre compte d’une production aussi importante que variées. Du péplum au western, de la science-fiction à la chronique sociale, de la comédie à la fresque historique, du film d’espionnage au film politique, pratiquement 1 film sur 5 qui est produit touche à une guerre ou un conflit. In fine, on s’intéressera à tout film qui ne pourrait exister sans la présence, en premier ou second plan, d’un conflit impliquant au moins un Etat, qu’il soit passé, actuel ou anticipant l’avenir.

Cette première édition, nous avons aussi voulu qu’elle naisse sous le signe de la comédie, de la dérision, de la satire. La puissance corrosive de l’humour, servi par les plus grands cinéastes, décuple souvent la force à pointer l’absurdité des conflits.

Les deux compétitions internationales présentent quelques 25 films inédits en salle, le plus souvent en première française ou première mondiale.

Soucieux d’ouvrir à toutes les formes de l’image animée, nous avons à cœur d’accueillir tous les langages et tous les supports : la fiction (long ou court métrage), le documentaire, les archives, les reportages et l’information, les jeux vidéo. Les éditions à venir nous permettront d’approfondir cette diversité et d’y ajouter les séries TV, secteur particulièrement créatif depuis une vingtaine d’années.
Créer un Festival lorsque le contexte incite au repli sur soi est le signe d’un engagement à vouloir développer un territoire dont la richesse reste méconnue. Que tous ceux qui ont rendu cette initiative possible en soient vivement remerciés. L’Etat, les collectivités, au premier rang desquelles le Pays, signent son acte de naissance. Mécènes et partenaires le renforcent. Salariés, bénévoles, conseillers lui donnent vie tandis que les membres des Jury l’incarnent. Artistes, cinéastes, créateurs, reporters, scientifiques le nourrissent de leur imagination, de leur courage, de leur vision. Au public le plus nombreux de le découvrir.

Que le Festival fasse de notre territoire un lieu de convergence où tous les écrans donnent à mieux connaître notre monde et, demain, mieux le dessiner.

Philippe Bachman
Délégué Général et artistique






Partenaires Institutionnels