War On Screen - Festival International des cinémas de guerre

Québec : la crise d'octobre 1970



La Crise d’Octobre 1970 au Québec


Aux côtés des grands conflits qui rythment l’histoire mondiale du vingtième siècle, de nombreux conflits restent méconnus. Parmi eux, la Crise d’Octobre 1970 au Québec tient une place particulière, mettant en œuvre un scénario singulier, unique dans le monde occidental et constituant une source d’inspiration cinématographique aussi riche que vivace.

 

Au mois d’Octobre 1970, après plusieurs années d’attentats visant des symboles de la domination anglophone au Québec, le Front de Libération du Québec déclenche 2 prises d’otages parallèles : celle de l’attaché commercial Britannique et celle d’un ministre du gouvernement provincial du Québec. Le gouvernement fédéral met alors en œuvre les mesures dites « de guerre », déployant l’armée dans Montréal et procédant en quelques heures à plusieurs centaines d’arrestations. Le diplomate britannique sera libéré au bout de 2 mois en échange de sauf-conduits pour Cuba tandis que le Ministre Pierre Laporte sera retrouvé mort, assassiné dans des circonstances mal élucidées. Il s’agit à ce jour des seules prises d’otages politiques et internationales ayant eu lieu sur le territoire Nord –Américain. Ces événements, mal connus au plan international, sont pourtant fondamentaux dans l’histoire du Canada.

 

Au plan artistique, la Crise d’Octobre catalyse la prise de conscience et l’engagement de nombreux créateurs de premier plan. Félix Leclerc compose "l’Alouette en colère" qui marque le tournant de son parcours, consacré dès lors à exprimer la révolte. Mais c’est sans doute le cinéma que cette crise va le plus directement inspirer. Dans la profusion de films concernés, nous en avons choisi 4 qui portent témoignage de la capacité d’un petit groupe, peu préparé, à déstabiliser un Etat, de la fragilité du respect des libertés citoyennes élémentaires dans un Etat pourtant démocratique et du caractère ténu de la frontière entre paix civile et guerre civile. Les Ordres, magnifique peinture de la société québécoise qui valut à Michel Brault le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1975, à la Maison du Pêcheur, que le réalisateur Alain Chartrand (assistant de Brault sur Les Ordres) présentera en avant première Européenne, superbe portrait d’un groupe de jeunes idéalistes basculant dans le terrorisme, c’est aussi un parcours au sein du cinéma Québecois.

 

LES FILMS


LA MAISON DU PECHEUR - Alain Chartrand (2013) - Canada

LES EVENEMENTS D’OCTOBRE 1970  - Robin Spry (1974) - Canada

L’OTAGE - Carl Leblanc (2004) - Canada

OCTOBRE - Pierre Falardeau (1994) - Canada

LES ORDRES - Michel Brault (1974) - Canada



 
Partenaires Institutionnels